En vélo, de Charenton aux assises de l'école maternelle : de vrais moyens pour l'école !



Le 28 mars, Marie-Catherine (participante aux RencontresMaternelle du GFEN 2018) nous relate leur action menée pour défendre une école publiquede qualité à laquelle il faut donner les moyens humains et financiers defonctionner : des classes à 30 élèves à l'école maternelle, çasuffit !

Rendez-vous avait été fixé devant le gymnase Tony Parker à Charenton. Enfourchant leurs montures et vêtues de jaune à l'image de ces poussins en batterie, en référence aux « élèves parqués dans les classes surchargées », le petit groupe de parents et enseignants volontaires a bravé les intempéries pour faire entendre leur voix et défendre une vision de l'école maternelle portée par leur connaissance du terrain, chiffres à l'appui. 

« Nous étions huit cyclistes à pédaler sous la pluie jusqu'au CNAM et à force de faire du bruit, nous avons été reçues par deux conseillers du ministre Mr Blanquer. Nous avons défendu notre connaissance du terrain chiffres à l'appui et au regard du programme des Assises de la Maternelle que nous avions décortiqué. Nous étions trois enseignantes de maternelle, une représentante de parents d'élèves, une ATSEM et une enseignante du RASED. Chacune a exprimé son point de vue, ses questions, ses attentes. Les réponses ne nous ont pas encore convaincu mais nous sommes fières d'avoir été jusque-là, sous la pluie, très librement et nous ne souhaitons qu'une chose, c'est que chaque enseignant de France prenne son métier en main et agisse en petits groupes à travers tout le pays, pour demander de vrais moyens dans le respect des besoins de l'enfant, pour un but commun; celui de son éducation et son instruction. Sans doute, il n'y aura alors plus la possibilité d'ouvrir des classes de maternelle à trente élèves. »

Alors oui, on aimerait que ce genre d'action se multiplie pour qu'enfin, la voix des acteurs de terrain soit entendue. Et rappelons que lors des assises de la maternelle, aucun des didacticiens et des chercheurs dont les travaux font autorité auprès des collègues de maternelle n'ont été invités. Les représentants des parents d'élèves, des syndicats enseignants et des mouvements associatifs l'ont été mais juste pour écouter !

Bravo les filles ! On vous soutient.

Pour le secteur maternelle
Jacqueline Bonnard

Action relayée par le Parisien

Dans la même rubrique

Lire aussi...