L'éducation nouvelle... toujours nouvelle

L'éducation nouvelle... toujours nouvelle


Ce petit dossier n'a pour seule prétention que de rassembler au même endroit les références incontournables de notre mouvement sur l'éducation nouvelle, textes, vidéos, numéros entiers de Dialogue qui fixent les amonts historiques et les pratiques spécifiques du GFEN. Les militants de longue date trouveront plaisir à retrouver des écrits qu'ils connaissent bien, les plus jeunes auront des choses à apprendre et ceux qui découvrent le GFEN pourront se familiariser avec ses valeurs et ses conceptions. Le dossier pourra également nourrir la réflexion  à l'occasion de la Biennale internationale de l'Education nouvelle qui se tiendra du 2 au 5 novembre 2017 à Chasseneuil-du-Poitou (86), organisée conjointement par les CEMEA, le GFEN, l'ICEM, le CRAP-Cahiers pédagogiques, la FESPI et la FICEMEA.

Le dossier est une somme des textes théorisés sur l'Éducation  nouvelle, il ne se substitue pas à toutes les pratiques et tous les dossiers, accumulés depuis de longues années de travail et de formation par les militants. Il ne rend pas compte de la formidable activité du mouvement ni de sa production éditoriale.

Bonnes lectures.

Isabelle Lardon, juin 2017


Des textes fondateurs
POURQUOI L'EDUCATION NOUVELLE ?
Texte d'orientation du GFEN revu au congrès de Paris, juillet 2013

« L'Éducation Nouvelle prépare chez l'enfant, non seulement le futur citoyen capable de remplir ses devoirs envers ses proches et l'humanité dans son ensemble, mais aussi l'être humain conscient de sa dignité d'homme. »
Principe de la Ligue Internationale d'Éducation Nouvelle, 1921

« Contribuer conjointement à former l'Homme et le Citoyen, à éclairer l'action par la pensée, à vivifier la pensée par l'action. »
Henri Wallon
Le texte d'orientation du GFEN, voté en congrès tous les trois ans, a été ré-écrit en 2013 pour adapter ses principes à la période actuelle.
Lire


Origines et jalons historiques

Issu de la Ligue Internationale de l'Education nouvelle, le GFEN a été créé en 1922 à l'initiative de savants et d'éducateurs qui, au sortir de la première guerre mondiale, ont ressenti l'urgence de lutter contre l'acceptation fataliste par les hommes, de la guerre comme solution.
C'est dans la recherche obstinée de cohérence entre valeurs, comportements et pratiques, que le GFEN n'a cessé d'œuvrer, sur les champs de l'enfance, de l'école, de la formation, comme dans tous les lieux où se construisent des savoirs, pour créer les conditions concrètes de la réussite de tous.
Pour mieux connaitre l'histoire du GFEN, ses amonts et ses secteurs d'interventions.
Lire




Et toute une série de textes qui montrent la place spécifique du GFEN dans l'Éducation nouvelle
Qu'est-ce qu'un mouvement pédagogique aujourd'hui ?
Jacques Bernardin, 2013

Répondre à cette question amène à déplier les caractéristiques distinctives des mouvements pédagogiques actuels afin d'en dresser un portrait générique, ici brossé en plusieurs touches :
-  cerner leur singularité associative dans le paysage social ;
-  revenir sur la genèse constitutive de leur orientation ;
-  inventorier leurs fonctions et leurs moyens d'action.
Ce texte questionne les valeurs du GFEN comme mouvement de recherche et de formation qui entend peser  sur les politiques éducatives et les pratiques pédagogiques.
Lire


La démarche d'auto-socio-construction des savoirs, à l'école et en formation
Odette Bassis, 2011

C'est la spécificité de la recherche présentée ici que d'être fondée pour l'essentiel sur une mise en dialectique entre pratique et théorie et cela, à propos de l'acte même d'apprendre et donc, pour l'enseignant, de l'acte d'enseigner.
Un très long article de la présidente d'honneur du GFEN, qui présente cette démarche, emblématique du mouvement.
Lire


Rapport à l'apprentissage dans l'Éducation nouvelle
Jacques Bernardin, 2013

« Ne pouvant prétendre à donner une vision d'ensemble de la façon dont l'Education Nouvelle, dans la pluralité de ses courants, travaille cette question, je me contenterai plus modestement de situer l'approche du GFEN, qui s'inscrit dans une filiation commune tout en déclinant ses recherches et questionnements de façon singulière.
Parler de rapport à l'apprentissage amène à interroger simultanément le regard sur l'apprenant qui y est confronté, la conception du savoir en jeu et le paradigme d'apprentissage qui organise leur rencontre et règle l'activité d'appropriation. »
Un texte fondateur qui explicite clairement les changements de pratiques proposés par le GFEN.
Lire


Tous capables ! Du pari éthique à la loi d'orientation
Jacques Bernardin, 2014, revu 2015

Sujet de controverses lors du débat parlementaire, audace défendue au Sénat avant d'être ratifiée par l'Assemblée nationale*, l'idée que « tous les enfants partagent la capacité d'apprendre et de progresser » est désormais inscrite dans la loi de juillet 2013 en tant que principe de l'éducation.
« Tous capables ! » La formule portée avec audace par le GFEN (mouvement pédagogique héritier de Langevin et de Wallon, présidents successifs de 1936 à 1962) fut d'abord un parti-pris éthique (relevant d'une philosophie de l'éducation) et simultanément un défi pédagogique (pour en attester) avant de trouver un étayage scientifique, puis de devenir un principe institutionnalisé.
Au regard des effets socialement sélectifs qui spécifient l'école française au fil des comparaisons internationales, chacun pressent l'exigence que cela fait porter sur l'École, la nécessité de pratiques en rupture avec les logiques du passé... Mais revenons sur les amonts historiques de cette conviction.
*Article 2 de la Loi n°2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République
Du pari éthique du GFEN au défi pédagogique, une avancée institutionnelle sans précédent...
Lire




Des vidéos
De Jacques Bernardin, Jeanne Dion et Odette Bassis lors d'interventions
Voir



Dialogue
La revue Dialogue a consacré en moyenne un numéro tous les deux ans à ce thème en l'espace d'une quinzaine d'années. Du plus récent « L'Éducation nouvelle, un engagement toujours renouvelé », paru à l'occasion de son congrès triennal qui s'est tenu en 2016 à Dijon, en partenariat avec l'institut Joseph Jacotot pour la formation professionnelle au plus ancien du siècle qui s'intitule « 100 et 1 idées d'éducation nouvelle » en 2001.






Dialogue n° 161 - L'éducation nouvelle, un engagement toujours renouvelé - Juillet 2016 (7 €)

Dialogue n° 144 - Education et Politique. Histoire ancienne, enjeux d'avenir - Avril 2012 (7 €)

Dialogue n° 141 - Avons-nous encore besoin de la pédagogie ? Actes du colloque de Lyon, 8-9-10 octobre 2010 - Juillet 2011 (5 €)

Dialogue n° 137 - Education nouvelle en marche. Chantiers d'avenir - Juillet 2010 (5 €)


Dialogue n° 126
- Défis pour l'éducation - Octobre 2007 (4 €)
Avec un éditorial de Jacques Bernardin
« Faisant suite à d'importantes échéances électorales, le congrès de Besançon voulait s'inscrire à quels qu'en soient les résultats à dans une perspective de plus long terme : s'attaquer aux défis posés à l'éducation. La démocratisation en panne serait-elle un butoir indépassable ? Faut-il abandonner à au nom du pragmatisme et du réalisme économique à l'expansion des ambitions
éducatives pour certains élèves ? Aurait-on déjà tout essayé avec « ces enfants-là » ? Jusqu'où faudra-t-il multiplier les dispositifs d'aide ? »






Dialogue n° 112-113 - L'éducation nouvelle est-elle populaire ? - 2004 (2 €)

Dialogue n°109 - Tous capables ! Quel travail ! 2003 (2 €)

Dialogue n° 100-101 - 100 et une idées d'éducation nouvelle - 2001 (épuisé)


Et deux numéros « historiques »


Dialogue n° 72 - L'éducation nouvelle, une urgence de civilisation - 1991 (2 €)

Dialogue n° 56 - Histoire du G.F.E.N., une bataille d'idées... et de pratiques - 1985 (épuisé)



Dans la même rubrique

Lire aussi...