Jean-Michel Blanquer. Une politique scolaire et de droite et de droite, par Alain Beitone

A lire sur le site du GRDS (Groupe de Recherche sur la Démocratisation Scolaire)

Jean-Michel Blanquer
Une politique scolaire et de droite et de droite


Alain BEITONE
2 septembre 2017


Nous avons montré à quel point il était important, dans les débats sur l'école, de bien distinguer les discours libéraux et les discours conservateurs (Beitone et Pradeau, 2016). L'analyse du discours, des propositions et des premières mesures de Jean-Michel Blanquer confirme la nécessité de cette grille d'analyse.

Toute une partie du discours de Blanquer vise à caresser dans le sens du poil les tenants de l'approche conservatrice. Par exemple la distribution aux élèves des Fables de La Fontaine (auteur injustement instrumentalisé par les tenants du retour en arrière en matière éducative) est saluée à droite. Alain Finkielkraut (inlassable contempteur de la pédagogie) apporte son soutien au ministre et à son directeur de cabinet qui veut « restaurer les grands textes patrimoniaux dès le plus jeune âge » (L'Obs du 24/08/2017). Au demeurant, il faut rappeler qu'après la publication, en 2016, de son livre « L'école de demain » (Odile Jacob), Blanquer était présenté par les médias comme le probable ministre de l'Eduction Nationale de François Fillon. A la veille de sa désignation au ministère, Blanquer accorde un entretien au très conservateur site SOS-Education, proche notamment de la manif pour tous. L'article sera précipitamment retiré du site par l'association éditrice qui ne veut pas « causer du tort au ministre » mais se réjouit bruyamment de sa nomination. Le Figaro, pour sa part, rappelle, en s'en réjouissant, que lorsqu'il était recteur de l'académie de Créteil, Blanquer faisait chanter la Marseillaise aux écoliers et organisait des stages de « tenue de classe » pour les professeurs (Le Figaro, 17/05/2017). Et Blanquer vient de relancer le projet d'apprendre la Marseillaise à tous les écoliers. Il veut aussi développer à nouveau les internats d'excellence et favoriser un recours plus large au redoublement. Après sa prise de fonction, le ministre donne une interview au Monde (un journal plus convenable que SOS éducation) dans laquelle il dénonce le clivage gauche-droite « qui a fait plus de mal que de bien à l'éducation ». Plus de clivage donc, du « pragmatisme ». Parmi les éléments de langage qui réjouissent les conservateurs, il y a la dénonciation par Blanquer de l'égalitarisme. Le titre de son entretien à l'Obs (24/08/2017) est d'ailleurs le suivant : « Le discours égalitariste est destructeur ». Bref Blanquer c'est « la droite complexée » (ou qui avance masquée). Lire la suite